lundi 14 mars 2016

Chemins secrets

Acte 1er : 

Un récitant s’adresse au public

Aimes-tu la montagne ? Alors tu sais de quoi je parle : 
ils se connaissent bien, se retrouvent avec plaisir sur les parkings encore humides, et partageront ce dimanche, quelques heures d’oubli.
Ils sont plus de trente, partis ce matin : sac au dos et grosses chaussures. 
Eté comme hiver! 
Ils ont déjà fait pour en arriver là, plusieurs dizaines de kilomètres  en voiture, dès l'aube: seuls, en couples, le plus souvent par pleines voitures.

Quel opium étrange, que ces courses alpestres, sur des sentiers torturés, à se mortifier les chevilles. Ils recherchent leur souffle  en haut des montées, et leurs jambes tremblent, perdues dans les épuisantes descentes. 
Mais quoi, il y a la nature…et les autres!

Mireille et Julien sont de ces heureux qui ne manquent jamais à l’appel. 
Qui, selon toi, est des deux plus enthousiaste?  

Julien, dis-tu ?.
A peine la voiture fermée, il va de groupe en groupe, embrasse chacune et serre des mains d’hommes avec une mâle et mélancolique chaleur.
Tout le long du parcours, il avance et se fond aux conversations en cours. Il évoque leur passé commun avec obligeance, enlève à l’avenir ses voiles d’incertitude,  il déchiffre même la politique, et connaît les potins du canton.
 Il sait aussi, qualité rare, écouter.
 L’entêtant chant de la mésange, il  le reconnaît, parmi ceux des troglodytes mignons. 
Il observe à la jumelle le pinson des arbres que le soleil ne tient pas tapi au secret du bois.
Pour une campanule au bord d’un chemin, il tire de son sac un guide de botanique. 
Puis après étude minutieuse de quelque particularité, il tranche: il s’agit d’une Campanula rotundifolia, la campanule ronde, et non de sa cousine persicifolia dite aussi à feuille de pêcher..
-    Toujours précis, Julien, dit-on.
Il est le plus souvent juste derrière Pierre, puisant sur sa trace une énergie perdue.
Puis, il revient vers Mireille et s’essaye à un mot tendre, un instant de présence. Pauvre Julien!
Vois son épouse, elle ne lui dit rien. Ils se retrouveront pourtant au repas. Et à l’arrivée.
D’ici là, bien que dernière, elle ne sera jamais seule. 
On est civil dans ce groupe. On n’abandonne personne ni à sa fatigue, ni à la solitude.
 A tour de rôle, autour d’elle, les bonnes âmes la soutiennent dans sa marche lente, de quelques propos légers ou d’allusions complices. 
On aimerait la protéger de ses prévisibles audaces, d’une catastrophe qu’on craint.
Puis vient le soir! Quand pour tous, douleur et fatigue vrillent les mollets, quand chacun au bout de lui-même, n’arrive plus à penser qu’à la fin libératrice du parcours, alors Mireille revit.
Les uns après les autres arrivent, dispersés, aux voitures: à la grande loterie des dernières discussions en cours.

Julien ne parle plus maintenant. Il a besoin de toutes ses forces.
Plus silencieux que tous, seul au milieu d’eux, Julien attend et pense à Mireille.
Mireille ? Ne l’attendons pas de suite! Elle n’est pas seule, il le sait.
Vois-là qui arrive enfin. Le sourire fripon, le teint réjoui de fatigue. Elle a le cheveu moitié défait, pull et pantalon encore piqué ça et là, d’aiguilles. 
Serait-elle tombée? Elle ne s’en ressent pas! Au contraire !
Julien lui glisse de loin un regard humide ! 
Blessé, résigné.
Elle offre à la compagnie un oeil mi-défi, mi-complice.
Aucun ne dit rien. 
Certains plongent du nez vers le sol..
Finalement  arrive Pierre jovial, pimpant.

On a, soudain, presque hâte : une rapide bise, une virile accolade ou un simple hochement de main.
Julien est las.
Bien sûr on se retrouvera.
Dans quinze jours, promis!
Chacun rejoint sa voiture, resserré sur ses fêlures ou ses tendresses, déjà tourné vers demain.

Qui de Julien ou Mireille, disais-tu aime le plus sa randonnée?




 Acte 2 : 
Ne restent en scène (dans leur voiture), que Julien qui conduit en silence. Il s’adresse, en pensée à Mireille, sa compagne qui ne dit mot.

« Oh ! ne crains rien, Mireille. Nous la ferons aussi la prochaine de ces fichues randonnées. 
Et je continuerai, le sac au dos, avec la même allure enlevée, d’y creuser (des dents!) le fond de ma misère.

-      Pourquoi revenir me demandes-tu du bout de ton silence? Suis-je fou ?
-      Oui, sans doute.

Promis, oui, je donnerai, encore une fois, le change. 
Parmi les autres, je poursuivrais, dès sorti de voiture, ma rédemptrice descente aux enfers, ma quête d’un impossible pardon.
Et je me cacherai, mon aimée, derrière le niais, le bavard ou le docte, et même celui que l’on plaint.
Je ferais la mouche, courant de l’un à l’autre, occupé d’une fleur, moi qui l’ai perdue. 
D’un passereau, moi qui ai tué le nôtre en plein vol.
Et on ne saura rien de ma douleur et ils ne verront rien de nos larmes.
Qu’importent les autres, si je te sais là! 
Quand je vais à trois pas de ton Pierre, je n’ai encore de cœur que pour toi, ma Mireille.
Je  ne dirais rien même à ses œillades complices, ni des sourires réjouis, que tu lui rends à l’heure du repas.

 Il y a si longtemps que je sais. 
Depuis le Grand Pommerol*. Quand dans un coin de mes jumelles en larmes, ton corps heureux allait et venait, exalté sur le sien.
Il y avait si longtemps que nous étions morts l’un à l’autre. 
Enchaînés au catafalque, nous n’osions plus.
Comment lui en vouloir d’avoir su te réveiller !

Pour moi, je reste dans ma tombe, et ne sais me pardonner.
L’image m’obsède. 
Sur le gravier de notre chemin, je reculais en voiture...

Quand soudain, l’horrible cri de Zoé !
Notre amour, notre enfant!
Petite fleur des champs, qui courrait vers moi, en quête d’un dernier baiser.
La roue du véhicule est passée sur son corps d’oiseau d’été.

Et depuis, l'éternel silence de l’innommable!
J’épure dans la jouissance que tu me refuses, dans le mutisme que tu m’opposes un peu de ce bonheur que je nous ai volé.

Un jour peut-être….

Jusque dans l’absurde, je t’aime Mireille… et peut-être, toi aussi , tu m’aimes encore. Du moins ai-je besoin de le rêver! »



* Sommet près de Saou (Drôme des Collines -France)

                                                   Serge De La Torre



Vous êtes autorisé à :

  • L'Offrant ne peut retirer les autorisations concédées par la licence tant que vous appliquez les termes de cette licence.

Selon les conditions suivantes :

  • Attribution — Vous devez créditer l'Œuvre, intégrer un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été effectuées à l'Oeuvre. Vous devez indiquer ces informations par tous les moyens raisonnables, sans toutefois suggérer que l'Offrant vous soutient ou soutient la façon dont vous avez utilisé son Oeuvre.
  • Pas d’Utilisation Commerciale — Vous n'êtes pas autorisé à faire un usage commercial de cette Oeuvre, tout ou partie du matériel la composant.
  • Pas de modifications — Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant l'Oeuvre originale, vous n'êtes pas autorisé à distribuer ou mettre à disposition l'Oeuvre modifiée.
  • Pas de restrictions complémentaires — Vous n'êtes pas autorisé à appliquer des conditions légales ou des mesures techniques qui restreindraient légalement autrui à utiliser l'Oeuvre dans les conditions décrites par la licence.